La table ronde organisée par la SROH le 28 mars 2019 a permis à huit participantes et participants de poursuivre les échanges sur le thème qui avait été amorcés à la rencontre précédente :« Comment passer de l’intention à l’action? » Selon plusieurs personnes, pour pouvoir passer à l’action, il est essentiel de se connaître et de travailler sur soi en premier afin d’être moins susceptible et en réaction. Pour certains, l’admiration face à une autre personne, la compétition, la jalousie peuvent empêcher de se mettre en action. Travailler sur soi signifie alors de se recentrer sur le développement de sa propre identité humaine en arrêtant de se comparer aux autres. Il faut prendre le temps de se retrouver seul avec soi-même. Il est important de développer une force intérieure pour résister à la pression et avoir le courage d’agir pour soi. Photo de tous les participants de la table ronde

Une personne a raconté une expérience au cours de laquelle elle s’est affirmée sans se sentir dérangée par les réactions de l’autre et sans tenter de le changer. Les lectures proposées* ont permis à une autre personne de découvrir que la peur de l’échec est pour elle un frein pour passer à l’action et cette découverte l’a aidé à se libérer de cette peur. On peut trouver mille raisons pour ne pas agir. Les objectifs qu’on se fixe doivent être en lien avec la valeur de l’identité humaine. Garder espoir et améliorer ses compétences sont importants pour maintenir la motivation d’agir.

À la fin de la rencontre, une personne a formulé le commentaire suivant : « On pense quelques fois qu’il n’y a pas de solutions à des problèmes que l’on vit. Par des discussions comme celles de ce soir, cela me permet d’être plus positive dans la recherche de solutions. »

*Guitouni, M. (2006) La motivation, source d’espoir en l’avenir, Psychologie préventive, 41, p. 3-5.

*Guitouni, M. (1974) « Les trois formes de volontés » dans Comment être positif, Éditions de la SROH, p. 26-27.