« Comment plaire à son conjoint ou sa conjointe tout en restant soi-même, sans frustrer sa volonté de puissance ? » Voilà la question posée à quatorze personnes lors d’une table ronde organisée par la SROH le 28 août 2018. Pour débuter, un participant a partagé son expérience personnelle et a élargi la réflexion en cherchant à comprendre d’où vient son besoin de plaire. Il en est venu à penser que « plaire à tout prix n’est pas nécessairement bon dans la quête de l’identité de soi. À force de ne chercher qu’à plaire aux autres, on peut finir par se perdre. » Son témoignage a aidé d’autres personnes à mieux prendre conscience de l’influence de leurs propresIMG 2440 28 08 2018 360 269  participantes/participants se sont exprimés à tour de rôle. Puis, l’animatrice, Denise Normand-Guérette, a présenté plusieurs explications tirées de deux textes de Guitouni (1) pour alimenter les échanges. Notamment, le rôle de l’insécurité et de la volonté de puissance dans les relations amoureuses a été abordé.Au cours des discussions, on a souligné l’importance de la connaissance de soi et de la communication avec l’autre pour qu’une relation soit durable. Il faut être à l’écoute de soi et de l’autre et trouver un équilibre. De plus, avant de s’engager dans une relation amoureuse, il est nécessaire de se demander quels sont nos véritables besoins, de se respecter et de combler par soi-même sa confiance en soi et son amour de soi pour ne pas espérer que l’autre le comble à notre place.

Les participantes/participants ont apprécié la richesse des échanges qui découle de la diversité des expériences des personnes de différents âges, cultures et milieux professionnels.

À la fin de l’activité, le groupe a choisi le thème de la prochaine rencontre : « mieux comprendre et gérer ses frustrations ». Une participante a accepté de partager sa réflexion sur ce thème lors de cette prochaine table ronde.

(1) Guitouni, M. (1997) La confusion dans l’amour, Psychologie préventive, no 30, p. 7-8.

Guitouni, M. (1991) Femmes si vous disiez la vérité, Montréal : Les Éditions de la SROH, p. 11-18.