Le 20 juin 2018, la SROH a organisé une table ronde sur le thème « La vengeance et la rancune », animée par Micheline Létourneau. Dix-sept personnes ont participé à cette activité. La lecture d’un article intitulé « Les prisons sans barreaux »(1) a servi de déclencheur à la discussion. Les participantes et participants ont apprécié l’atmosphère de confiance et les échanges enrichissants durant cette table ronde. Certains ont indiqué dans leurs commentaires que l’activité a permis de pousser plus loin leur réflexion, de les apaiser, de voir l’importance de travailler sur ses propres rancunes et vengeances tout au long de la vie.SROH table ronde 20juin 2018 D’autres commentaires ont souligné que la rancune peut être associée à ce qu’on a subi ou à ce qu’on croit avoir subi et qu’on peut développer son identité afin de se libérer du sentiment d’être victime. De plus, il faut découvrir la source des rancunes et des vengeances et prendre conscience qu’on peut avoir une certaine responsabilité par rapport à celles-ci. Face à une personne qui est rancunière à notre égard, on peut se demander qu’elle est notre part de responsabilité et entrer en relation avec une attitude amicale, franche et courageuse pour tenter de désamorcer la rancune. On s’est aussi interroger sur comment ne pas donner du pouvoir à l’autre en laissant libre cours à nos rancunes et vengeances, car elles nous placent à la merci des autres. On a également discuté de la différence entre s’affirmer et se venger. À la fin de l’activité, les participantes et participants ont choisi le thème de la prochaine table ronde qui portera sur la jalousie.

 

(1) «Les prisons sans barreaux» de Moncef Guitouni (2011) Psychologie préventive, no 44, p. 3-8.