Le 12 juin 2018, la SROH organisait une table ronde qui a regroupé neuf personnes. Pour débuter, une participante a partagé sa réflexion sur l’origine de sa difficulté à exprimer ses sentiments aux gens qu’elle aime. Sa réflexion l’a amenée à poser un geste concret auprès d’une amie afin de lui manifester ses sentiments. Le partage de sa réflexion avec le groupe lui a aussi permis de remonter à une expérience qu’elle associe à un potentiel sentiment d’abandon vécu durant sa très petite enfance. Au cours de la discussion, les membres du groupe ont formulé différentes hypothèses sur les moyens à prendre pour dépasser cette difficulté.

sroh table ronde12 juin 2018

L’animatrice, Denise Normand-Guérette, et des participantes/participants ont souligné l’importance d’aller au-delà du « rationalisme » (écrire, réfléchir,…) pour demeurer « présent » aux mouvements émotionnels et tenter de les « équilibrer ». Il ne s’agit pas de les contrôler ou de les ignorer, mais de les explorer consciemment. Pour équilibrer les émotions, on peut revisiter les événements de l’enfance avec une compréhension nouvelle, alimentée par l’expérience et les ressources personnelles développées au fil du temps. L’émotion ressentie, sa nature et son intensité permettent d’apprécier la maturité acquise sur le plan émotionnel.

Les échanges ont évolué vers la notion d’« amour fusionnel », état dans lequel il est facile de tomber par « crainte de l’abandon ». Des témoignages ont fait ressortir le fait que cette façon de voir l’amour comme un état où deux personnes deviennent « une » en se coupant de leurs amis respectifs, de leurs habitudes antérieures, de leur identité personnelle, est souvent une attitude acquise dans le milieu familial et acceptée de façon implicite par la personne qui reproduit cette façon de faire et d’être. Une participante voyait comme inévitable de développer une telle vision de l’amour étant issue d’un milieu où les parents vivaient de cette façon. Mais d’autres personnes ont soulevé le fait que dans un même genre de dynamique familiale, d’autres choisissent de se révolter contre cette perte d’identité personnelle qu’ils perçoivent dans le couple formé par leurs parents.


Cette rencontre fut riche en réflexions et en émotions. À la fin de l’activité, un des participants qui s’interrogeait sur ses relations amoureuses a accepté de partager sa réflexion sur ce thème lors d’une prochaine table ronde.